A la mémoire des 420 marins qui périrent dans le torpillage du paquebot Meknès le 24 juillet 1940 et aux survivants

- accueil du site
- actualité
- le naufrage du Meknès
- les disparus du Meknès
- les réscapés du Meknès
- la stèle des Oubliés
- les ex-votos de Bonsecours
- les commémorations
2016 - 2015 -2014 -
2013 - 2012 - 2011 - 2010
- les recherches sur le Meknès
- vu par la presse
- dossier de presse
- soutenir les Oubliés du Meknès
- La boutique
- Facebook

Dieppe - Le site du naufrage du navire Meknès le 24 juillet 1940

Les commémorations 2010-2016

La commémoration du 24 juillet 2016


La commémoration du 76e anniversaire à la stèle des Oubliés du Meknès

L'Etat honore les marins du Meknès

Le 24 juillet dernier, 76 ans après le torpillage du paquebot Meknès au large de l'Angleterre, les familles des marins disparus et rescapés se sont réunies comme chaque année depuis 2010 devant la stèle de Saint-Martin en Campagne.

Ce sont plus de 250 personnes venues de toute la France et de l'étranger, qui se sont retrouvées pour commémorer la disparition tragique des marins du Meknès le 24 juillet 1940.

Pour l'occasion, l'Etat était représenté par le Sous-préfet du Havre, François Lobit, venu pour la première fois honorer les marins et déposer une gerbe sous les yeux de plusieurs dizaines de porte-drapeaux. Un représentant de l'Ambassade de Grande-Bretagne ainsi que du Commonwealth War Graves Commission, des délégations d'anciens combattants, de gendarmerie, des douanes, de la légion étrangère, étaient sur la place Duparchy sur les falaises pour assister à la cérémonie.

Au programme : cornemuse, levée des couleurs, dépôt de gerbes, Marseillaise, lâcher de pigeons, discours. Dans le recueillement, les enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants ont égrainé les noms de tous les marins « Morts pour la France ». De 7 à 77 ans, les uns après les autres, ils ont lu les noms des 420 marins morts ce jour-là. Lorsque la petite Lou, 11 ans, son petit frère Marius et son cousin Maxence ont cité le nom de Pierre Guérin et indiqué à l'assistance : « notre arrière grand-père », ce fut un moment solennel et des larmes ont coulé dans l'assistance.

Ensuite, le président de l'association « Les Oubliés du Meknès », a prononcé un discours militant pour la paix, le respect et la tolérance. Roland Delaval qui a lui-même, perdu son père, Louis Delaval, dans le torpillage du Meknès a rappelé les circonstances du drame : Au lendemain de la signature de l'Armistice de juin 40, tous ces marins retenus prisonniers en Angleterre, à qui on avait confisqué leurs navires, veulent quitter la Grande-Bretagne pour rentrer en France. Une partie embarque sur le Meknès, un paquebot de 130 mètres de long qui appareille en fin d'après-midi de Southampton avec ses feux allumés et des drapeaux français peints sur la coque. Vers 23 heures, une vedette allemande tire une salve de mitrailleuse sur le navire et quelques minutes après, lance une torpille. Le bateau coule en 8 mn et met à l'eau près de 1300 hommes. 420 ne survivront pas. Une partie des corps a été retrouvée sur les plages du Havre à Ault. Beaucoup ne seront pas identifiés ou retrouvés.

Pour la première fois, un représentant de l'Etat était présent à la cérémonie. Le sous-préfet, après avoir déposé une gerbe au nom de l'Etat, a pris la parole pour reconnaitre que ces hommes étaient bien des victimes de la barbarie nazie et qu'ils étaient comme beaucoup d'autres durant la Seconde Guerre mondiale des Oubliés des catastrophes.

Les familles se sont ensuite retrouvées autour du plan des plages où ont été retrouvés les corps des marins. Une maquette du paquebot était également présentée. Ce fut une belle commémoration : la prochaine aura lieu le lundi 24 juillet 2017 à 17 h 30 et les familles et le Sous-préfet ont promis d'être là.

L'association Les Oubliés du Meknès a pour but de faire connaître le drame du Meknès au plus grand nombre. Un livre relatant cette histoire ainsi qu'une médaille commémorative de la Monnaie de Paris sont disponibles auprès de l'association.

Présentation de la cérémonie

Lecture d'accueil par madame Blandine Duhamel.

Les dépôts de gerbes

M. François Lobit, sous-préfet du Havre

Monsieur Phillip Wills, capitaine de Frégate, représentant l'Ambassadeur de Grande-Bretagne.

M. Patrick Martin, maire de Petit-Caux et ses adjointes

M. Régis Berment, Maire délégué de Saint-Martin

Le Maire et le conseil municipal de Berneval le Grand

Les anciens combattants de Saint-Martin

Les anciens combattants de Berneval le Grand

Mme Patricia Ridel, maire déléguée de Neuville les Dieppe, M Yves Bégos conseiller municipal de Dieppe

Monsieur Roland Delaval, président de l'association "Les Oubliés du Meknès"

Monsieur Fabrice Picard, représentant le Commonwealth War Graves Commission.

La famille du marin disparu Fuschini

Pour la famille du marin disparu Ménard

Pour la famille du Marin disparu Michellucci

Les anciens combattants de Vitry-sur-Seine

Une minute de silence

Lecture des 420 noms des marins disparus

La Marseillaise

Au son de la cornemuse, la cérémonie a été un moment de recueillement et d'émotion.

Discours de M. Roland Delaval

Discours de Monsieur François Lobit, sous-préfet du Havre.

Cérémonie de commémoration des Oubliés du Meknès 2016 (Atmosphère TV Saint-Martine en Campagne)


L'AG de l'association à la salle des fêtes de Berneval le Grand

La traditionnelle assemblée générale de l'association les Oubliés du Meknès

Le rapport de l'AG


La piéce de théâtre

Une pièce à la mémoire de « Ma drôle de guerre »

Dans le cadre du 76e anniversaire du torpillage du Meknès, une pièce de théâtre a été jouée dimanche après-midi à la salle des fêtes de Berneval le Grand. Interprétée par la troupe L'Art du Hasard/Ca Tombe Bien de Saint-Just en chaussée dans l'Oise. « Ma drôle de guerre » est l'adaptation du journal du rescapé du Meknès, Germain Poulain (1913-1992).

Germain Poulain est mobilisé comme marin réserviste en septembre 1940. Après l'étrange période de la drôle de guerre (septembre 1939 - mai 1940) il assiste à la défaite française. Envoyé avec la flotte française en Angleterre en juin 1940, il est rapatrié en juillet à bord du Meknès. Mais le Meknès est torpillé dans la nuit du 23 au 24 juillet 1940. Rescapé et secouru par les Anglais, Germain va connaître une longue période d'attente en Angleterre entre espoir, déception et peur des bombardements avant d'être renvoyé en France. Dans cette splendide pièce ou deux hommes se côtoient au son d'un accordéon, nous passons du rire aux larmes. De l'intrigue à la joie des fêtes de retrouvailles. Du naufrage aux incertitudes de ces longues attentes dans les camps. Cette pièce, écrite par hasard par Fabrice. le petit-fils de Germain, d'après le carnet de note qu'il a précieusement gardé durant toute sa vie et transmis à son petit-fils. Fabrice, acteur de théâtre l'a adaptée et interprétée. « Ma drôle de guerre » n'a rien d'extraordinaire, mais la centaine de personnes présentes à l'unique représentation de dimanche ont été émues par le témoignage de ce tragique naufrage devant les familles et le public.

Dieppe : hommage rendu aux disparus du paquebot Meknès en 1940


France 3 normadie du 24 juillet 2016


Lire à la plage

samedi 23 juillet à 15 heures à Dieppe


Les coulisses de la commémoration

Le stand de l'association


Merci

Les photos ont été prises par : Ludivine Ordrenneau, Jean-Yves Mahé, Martine Creusot, Elodie Danjoux, Jonathan Danjoux (vidéo), Celia Godard (Photos et vidéo), Atmosphère TV, Guy Turquer et David Raillot.


© Association Les Oubliés du Meknès - informations légales -